eschatologie.free.fr

TABLE    SUIVANT

PREMIERE PARTIE

DIEU VEUT SE DONNER FACE A FACE

 

 

Cette première partie ne fait que résumer ce qui est habituellement enseigné à tous les chrétiens. Elle n’apporte rien d’essentiellement nouveau pour celui qui est instruit de la Trinité et de son projet, des origines du monde, de la conduite de Dieu sur les hommes pour les sauver par le moyen de la souffrance depuis Adam à aujourd’hui, en passant par l’incarnation du Christ. Pourtant, il est indispensable de la lire puisqu’elle est le fondement qui explique les événements de l’heure de la mort.

 

L’HISTOIRE DE DIEU, “L’ALPHA”

La Trinité, Père-Fils et Saint Esprit

La création des anges et des hommes

L’humilité et l’amour

L’HISTOIRE DE DIEU, “L’ALPHA”

Que se passera-t-il à l’heure de la mort ? Les événements sont en fait assez simples à comprendre si on en connaît les bases, à savoir l’Évangile. Ils ne peuvent en aucun cas être compris sans connaître leur fondement évangélique car tout, en théologie catholique, est conséquence d’une foi concernant Dieu et le sens de la vie. L’Évangile peut être résumé ainsi.

La Trinité, Père-Fils et Saint Esprit

 (La vérité la plus certaine de la foi !)

 

« Avant que le monde n’existe, depuis toute éternité, il existe un Être unique, « quelqu’un » d’infini. Il vit totalement heureux, comblé par sa propre nature. Il est mystérieux puisque, tout en étant un seul être, trois personnes (comprendre sous le mot “ personnes ” trois jaillissements de lumière et d’amour) s’aiment et se contemplent en lui, le Père, le Fils et l’Esprit Saint[1]. Il s’agit d’une inimaginable vie intime, faite de tendresse et de lumière inaccessibles.

Le lecteur doit être ici particulièrement attentif. Il s’agit de l’Alpha (le fondement) du christianisme. Il explique aussi tout ce que nous dirons par la suite.

Dieu est Tout-puissant. Il est la Lumière infinie. Mais son cœur peut être résumé dans deux qualités, l’humilité[2] et l’amour. Sans cesse, le Père, le Fils et le Saint Esprit se donnent à l’autre. Chacune des personnes de la Trinité met l’autre en avant, s’efface devant la contemplation et l’amour de sa grandeur. Cette vie trinitaire, ce don mutuel total, rayonne au point de constituer l’Être même de Dieu. Dieu est ainsi et nul ne peut le changer. On comprend que celui qui désire voir Dieu face à face doit garder bien en tête le nom de ces deux qualités.

La création des anges et des hommes

(Chose certaine)

Dans son éternité, Dieu conçut le projet suivant. Pourquoi ne pas faire partager son bonheur à d’autres êtres? Pourquoi ne pas créer de nombreuses personnes, dotées d’intelligence et de liberté ? Elles seraient introduites au cœur des trois personnes. Bien sûr, il ne s’agirait pas de les introduire de force, mais selon le mode de leur nature, c’est-à-dire librement, dans un acte d’amour réciproque.

Dieu agit. Il créa d’abord les anges, de purs esprits sans corps[3]. Puis il créa les hommes et les femmes, êtres spirituels et physiques. Anges et hommes étaient faits pour voir Dieu face à face.

L’humilité et l’amour[4]

(Chose certaine)

Un problème se posait pourtant. Pour entrer auprès de Dieu, pour vivre du bonheur infini qui consiste à le comprendre et à l’aimer face à face, il était absolument nécessaire de devenir semblable à lui, à savoir tout humble et tout donné à l’amour. Ici se trouve la clef de tout. “ Nul ne peut voir Dieu sans mourir à lui-même[5] ”, enseigne l’Ancien Testament. A cause de la pureté et de la délicatesse de Dieu, n’importe quel amour, n’importe quelle humilité ne suffisait pas mais seulement un amour total, dépouillé de toute recherche intéressée. Le moindre orgueil, le moindre égoïsme, et l’entrée face à Dieu devenait impossible, comparable à un viol alors qu’elle devrait être un mariage. Toute la vie de Jésus en est la révélation.

Il convient de faire ici une remarque importante. Dieu ne désirait pas créer un paradis où chaque personne, perdue dans sa contemplation, serait uniquement tourner face à lui. Son idée était de créer une Église, c’est-à-dire une communauté immense vivant en Lui dans une totale communion d’humilité et d’amour. C’est pourquoi, lorsque Jésus vint sur terre annoncer la Bonne Nouvelle, il ne donna pas un seul commandement mais deux qui, selon lui, ne faisaient qu’un: “Tu aimeras ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Tu aimeras ton prochain comme toi-même.”

Mais qui est comme cela? Qui peut se targuer d’être humble et aimant au point d’être capable de donner sa vie pour autrui, de donner sa vie pour un ennemi? L’image de l’amour nécessaire est visible à travers la vie de Jésus. Ceux qui l’ont mis à mort et qui se moquent de lui, il les aime au point qu’il les accueille à l’heure de leur mort et leur propose la vie éternelle. Ces personnes ont sans doute été tellement surpris par une telle preuve d’amour qu’elles ont demandé pardon pour leur faute.

Concrètement, personne ne peut entrer dans la vie éternelle. Les conditions exigées sont impossibles à l’homme. Il est impossible de devenir humble et aimant à ce niveau là. Il suffit de considérer avec réalisme la petitesse de notre condition humaine. Mais, explique Jésus après une question de ses disciples sur ce thème[6], ce n’est pas impossible à Dieu.

 

Pour résumer, il peut être plus simple de comprendre les choses ainsi:

Parce que Dieu est infinie délicatesse de l’humilité et de l’amour, nul ne peut le voir et être heureux de son bonheur que s’il l’épouse. C’est un mariage d’amour où il est exigé de la fiancée (nous-mêmes) d’être comme Dieu[7]: tout humble et tout amour[8]. Sans ces qualités du cœur, nul ne peut épouser Dieu car nul ne peut alors comprendre quoique ce soit de Dieu.

NOTES

[1] Leur vrai nom théologique est « le Non-né, le Verbe et l’Amour »

[2] Certains théologiens nient que Dieu puisse être humble, lui qui est le Tout-puissant. Ils n’ont pas tort. Dieu n’est pas heumble. Il est humbl « à la folie ». L’humilité est en effet une certaine vérité qui fait que chacun se situe à sa juste place. Ainsi, un homme humble reconnaît en vérité ses qualités et défauts, sans s’élever ni s’abaisser excessivement. Dire par exemple : « Je suis moins doué que toi en maths » alors que ce n’est pas vrai, n’est qu’apparence d’humilité. Dans ce cas, une forme de vanité cachée provoque un complexe d’infériorité.

Selon cette définition, Dieu étant l’infinie perfection de toutes les vertus, il serait humble s’il disait : « Les hommes sont néant devant moi. » La théologie des musulmans est, à cet égard, très juste et précise. Pourtant… nous avons reçu une autre révélation : Dieu se considère comme moins que nous au point de s’abaisser non seulement à devenir homme mais à perdre apparence humaine… Ce n’est plus de l’humilité, c’est de la folie ! Un texte précieux le confirme, dans l’évangile de Jean : « Je suis le maître et le Seigneur, dit Jésus à Pierre (Jean 13, 15). Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j’ai fait pour vous. » Ce jour-là, au grand scandale de Pierre, Jésus révéla aux hommes l’autre mystère scandaleux du cœur de Dieu, outre son amour infini, son humilité. « Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix ! » Philippiens 2, 6. 

[2bis] Il en est de même (folie) pour cet amour interne à la Trinité. La Révélation nous a montré qu’il n’est pas « normal »… Aimer ses amis est chose normale. Or Dieu va jusqu’à donner sa vie… pour ses ennemis. Cela fait éclater toute logique habituelle, celle de toute philosophie réaliste de l'amour.

[3] Certaines traditions ajoutent que Dieu créa des êtres intermédiaires dotés d’esprit et d’un psychisme mais dépourvus de chair. Ce sont les « djinns» de l’islam.

[4] D’autres vertus sont importantes: la confiance, la vérité etc. Mais, d’une manière ou d’une autre, elles sont résumées dans ces deux là.

[5] 1 Rois 19, 13.

[6] Matthieu 19, 25: «Entendant cela, les disciples restèrent tout interdits: Qui donc peut être sauvé? Disaient-ils. Fixant son regard, Jésus leur dit: «Pour les hommes c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. »

[7] Autant que faire se peut pour une créature limitée

[8] Ce que l’Écriture appelle « le baptême d’eau et d’esprit ». Jean 3, 5 Jésus répondit: « En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. » De même, l’eau et le sang qui sortit du côté du Christ symbolisaient ces deux qualités. Il s’agit donc d’un mystère central de la Révélation.

 

TABLE    SUIVANT