ACCUEIL     TEXTE EN CAUSE     FORUM

Questions Disputées

http://www.thomas-d-aquin.com

Questions Disputées

 

 l'ouvrier de la 11 ème heure
Auteur: nathalie (---.w81-250.abo.wanadoo.fr)
Date:   17/04/2004 15:58

bonjour
ma question par peut etre vous interpeller du moins je l'espere...
mon fils doit rendre un exposé sur l'ouvrier de la 11 eme heure malgré tout ,mes recherches restent veines et je suis tombée sur ce forum au cours de mes recherches.
je souhaiterai avoir:
-l'origine biblique
-de quel livre biblique est tiré?
-la signification de la bible?
-la signification actuelle?
merci d'avance
nathalie

 

 Re: l'ouvrier de la 11 ème heure
Auteur: Gilles Plante (---.f1783.ts.globetrotter.net)
Date:   17/04/2004 18:29

Cher Nathalie,

Voici ce que Raymond Truchon dit de cette parabole de Jésus de Nazareth tiré de l’Évangle selon Saint Mathieu dans «Aujourd’hui Les paraboles», Éditions Anne Sigier, Québec, 1980

LES OUVRIERS DE LA VIGNE
Mathieu 20, 1-16. Voir aussi Mathieu19, 13-16; et Mathieu 19, 16-30 incl.

«Tenez, il en va du Royaume des Cieux comme d’un propriétaire qui sortit au point du jour afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il convint avec eux d’un denier pour la journée et les envoya à sa vigne. Sorti vers la troisième heure, il en vit d’autres qui se tenaient, désoeuvrés, sur la place, et il leur dit: “Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai un salaire équitable.” Et ils y allèrent. Sorti de nouveau vers la sixième heure, il agit de même. Vers la onzième heure, il sortit encore, en trouva d’autres qui se tenaient là et leur dit: “Pourquoi restez-vous ici tout le jour sans travailler?” — “C’est que, lui disent-ils, personne ne nous a embauchés.” Il leur dit: “Allez vous aussi à ma vigne”. Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant: “Appelle les ouvriers et remets à chacun son salaire, en remontant des derniers aux premiers.” Ceux de la onzième heure vinrent donc et touchèrent un denier chacun. Les premiers, venant à leur tour, pensèrent qu’ils allaient toucher davantage; mais c’est un denier chacun qu’ils touchèrent eux aussi. Tout en le recevant, ils murmuraient contre le propriétaire: “Ces derniers venus n’ont travaillé qu’une heure, et tu les as traités comme nous, qui avons porté le fardeau de la journée, avec sa chaleur”. Alors il répliqua en disant à l’un d’eux: “Mon ami, je ne te lèse en rien: n’est-ce pas d’un denier que nous sommes convenus? Prends ce qui te revient et va-t-en. Il me plaît de donner à ce dernier venu autant qu’à toi: n’ai-je pas le droit de disposer de mes biens comme il me plaît? Ou faut-il que tu sois jaloux parce que je suis bon?” Voilà comment les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers.»

La pointe: Dieu est juste et bon; pour les uns Il est tellement bon qu’il ne serait plus juste — or il est plus que juste: Il est bon.

L’objectif pédagogique: Éduquer notre foi à ne pas limiter la puissance, la bonté et l’Amour de Dieu à sa justice.

L’appui psychosociologique: Notre tendance à réduire l’amour de Dieu à notre justice.

Cette parabole est extraordinairement forte, frappante, percutante, pour révéler l’Amour de Dieu pour nous, le salut, la vie éternelle et le chemin qui y conduit. Mais, en même temps, elle est un test efficace de ce que l’on est vraiment devenu face à Dieu et aux hommes, en même temps qu’elle révèle l’image réelle de Dieu et des hommes et de la vie que nous vivons, véhiculons et transmettons. Une parabole qui nous révèle le vrai visage de Dieu et le vrai visage du faux juste ou du juste pas assez juste, selon la vraie justice de Dieu.

L’épisode précédent, celui du jeune homme riche, Mathieu 19, 16-30, nous montre que cet homme avait un problème avant de voir Jésus, et qu’il l’a encore en le quittant. Il demande ce qu’il faut faire de BON. Son problème est le suivant: il fait ce qu’il faut faire, ce qui est juste. Mais on dirait qu’il est insatisfait, qu’il veut faire plus, qu’il ne vit pas vraiment. Il est juste, de la justice extérieure, des oeuvres exigées par la loi: il fait ce qui est commandé et ne fait pas ce qui est défendu. Alors il semble dans un cul de sac. Il est juste, il a la justice: il est honnête. Mais il n’aime pas encore. Il a en lui un obstacle majeur pour vivre vraiment sur terre et commencer dès maintenant à vivre de la vie éternelle, la vraie Vie de Dieu. Il demande à faire maintenant quelque chose DE BON.

Voilà nettement tracée la démarcation entre l’observance de la loi et son esprit; entre la lettre et l’esprit; entre la justice des oeuvres et celle du coeur, intérieure, amoureuse; entre la loi et la grâce; entre les commandements anciens et le nouveau demandé par jésus; entre le devoir et l’amour. Le jeune homme riche a un problème: il n’a pas un coeur de pauvre. Il n’est pas amoureux de Dieu, ni de son prochain, ni de lui-même, vraiment. Il est honnête, libre, mais pas libéré, parce que pas donné lui-même à Dieu et à son prochain. Il donne, reçoit, mais ne partage pas. Il lui manque l’amour.

Pour aimer, il faut tout donner, surtout soi-même, à cause de l’autre que l’on aime vraiment. Garder ou vouloir garder un bien ou une chose, ou un standing, ou un emploi, ou un statut social, ou quoi que ce soit, la plus petite chose soit-elle, est un obstacle majeur à l’amour, à tout amour, humain ou divin. Ce n’est plus de l’amour mais du commerce, de l’échange, du profit, de la justice, de la loi, du devoir. La mesure de l’amour c’est d’être sans mesure, disait saint-Augustin. On le touche du doigt ici. Quand on aime, rien n’est à soi, tout est à l’autre: il peut disposer de tout. Or, seul l’amour est bon et fait vivre. Seuls ceux qui font vraiment les oeuvres de l’amour, qui donnent sans restrictions, de tout leur coeur, sont vraiment bons, amoureux, libérés, esclaves de leur amour qui les fait vraiment vivre, pardonnant et pardonnés.

Ils sont plus que justes, honnêtes et légaux, ils sont gratuits et incitent à la gratuité, quels que soient la situation, le lieu, le temps, la personne, le prix même. La veuve avait donné de son nécessaire comme obole. Elle n’avait presque rien. Elle avait donné son coeur. Ce que Dieu désire, c’est la justice intérieure, notre coeur, nous-même, car Il est ainsi et ainsi est sa Vie: bonté, justice intérieure, tou t en ne manquant évidemment pas à la justice extérieure. Bien plus, Il fait luire son soleil sur les bons (ce qui est juste), mais aussi sur les méchants (ce qui est bon), c’est-à-dire plus que juste. La charité, l’amour sans justice, est utopie, mensonge, leurre. La justice sans amour est platitude, frustration, ennui, mort, échec. Nous sommes créés pour l’amour. Dieu seul est vraiment l’unique justice capable de nous satisfaire. Ma richesse, ma justice, c’est la personne que j’aime.

La parabole qui nous concerne ici, met noir sur blanc cette problématique de notre vie. Nous avons un discernement capital à faire. Si en lisant cette parabole nous trouvons que les ouvriers de la première heure ont raison de se lamenter, c’est que nous sommes comme eux, centrés sur la paye, l’ouvrage, le commerce, les oeuvres, les mérites, le neuf à cinq. Mais le plus important dans la vie, ce n’est pas le travail (bien que necessaire pour nous exprimer et nous libérer) ce n’est pas non plus de ne pas manquer à la justice (à travail égal, salaire égal) le plus important c’est le partage, la fête, la fraternité, la bonté, l’amour.

Aucun contrat n’a été brisé. Le salaire était juste le matin, pour la journée; pourquoi serait-il injuste le soir? Bien sûr ce n’est pas le principe “à travail égal, salaire égal”, mais c’est la bonté, c’est l’amour; c’est la personne qui prime.

De renvoyer ces ouvriers de dernière heure, avec aussi peu d’argent aurait été légal, honnête, juste; mais aussi inhumain, sans coeur, ridicule; ils sont des hommes comme les autres, avec les mêmes besoins et les mêmes enfants à nournr. Le Maître est plus que juste il est bon.

Les ouvriers de la première heure sont jaloux, mesquins; ils sont humains, mais pas selon l’humanité voulue par Dieu; ils ne sont pas selon le coeur de Dieu: partage de ce qu’Il est, bonté infinie pour tous, pour toujours.

Chaque fois que nous lisons cette parabole et que nous sentons un pincement de coeur de jalousie, d’injustice, nous refaisons le test par A + B, et nous voyons combien nous sommes mesquins, centrés seulement sur la justice (donc mauvais); combien nous avons besoin de devenir pauvres de coeur, sensibles à l’homme plutôt qu’aux mérites, qu’à ce qui paraît, passe ou passera. Notre oeil est encore mauvais, notre coeur aussi; notre jalousie est le signe d’une justice extérieure; elle est signe de notre manque d’amour: Seul l’Amour demeure et a du goût, le goût du sel de la vie, de la Vie éternelle. Dieu est Amour.

 

 Re: l'ouvrier de la 11 ème heure
Auteur: Roland (---.241.81.adsl.skynet.be)
Date:   17/04/2004 18:29

chère madame,
je vous conseille d'inscrire, par exemple, ceci, en n'omettant pas les guillemets,

ouvrier+ "onzième heure" ou bien

"ouvrier de la onzième heure"

dans la fenêtre d'un moteur de recherche et vous obtiendrez de nombreux sites avec outre mathieu 20, 1-16, la référence que vous demandez,
quelques commentaires sur cette parabole de jésus , illustration de "les premiers seront les derniers... " dont elle est une illustration.
tout ce qui précède en supposant que votre enfant a les pré requis concernant mathieu, jésus, parabole. cordialement, roland

 

 Tard dans la nuit
Auteur: Cristian de Leon (---.qc.sympatico.ca)
Date:   18/04/2004 09:25

Cher Gilles,

Votre introspection est magnifique, merci !

Le Chevalier

 

 Re: Tard dans la nuit
Auteur: Roland (---.240.81.adsl.skynet.be)
Date:   18/04/2004 11:21

J'ai cru comprendre que l' "introspection" est de Raymond Truchon.

 

 Re: Tard dans la nuit
Auteur: Gilles Plante (---.f1783.ts.globetrotter.net)
Date:   18/04/2004 23:08

Ce texte est de R. Truchon, en effet.

 

 Re: Tard dans la nuit
Auteur: Arnaud Dumouch (193.191.142.---)
Date:   19/04/2004 10:44

Chère Nathalie, cette parabole a visiblement une signification eschatologique.
Elle semble annoncer la chose concrète suivante:

IL Y A DEUX SORTES DE DISCIPLES DU CHRIST:

---- Il y a des chrétiens qui le sont depuis leur enfance. Ils ont lutté toute leur vie pour vivre selon leur foi et selon l'amour.
---- Il y a des gens qui ne se livre à l'amour révélé (le maître qui vient les appeler)aux derniers moments de leur vie. D'après le curé d'Ars qui parlait d'une jeune fille qui s'était suicidée en sautant d'un pont: "Entre le pont et l'eau, elle s'est convertie." Les NDE (experience de la mort approchée) semblent confirmer ce fait: Il y a une possibilité de se tourner vers l'amour DANS LE PASSAGE DE LA MORT, donc amors qu'il est minuit moins une seconde...

Et bien, face à ces deux chemin de vie terrestre, on pourrait penser que celui qui a été fidèmle toute uine vie doit recevoir plus de récompense...
ERREUR: la récompense (la vision béatifique) ne se mesurera absolument pas à la durée et à la quantité des efforts fournis ... mais au SEUL CRITERE DE L'INTENSITE DE L'AMOUR.

Il se peut donc alors que nous ayons des surprises: La prostituée qui, se tournant vers Dieu au dernier moment, "aime beaucoup parce qu'elle aura été beaucoup pardonnée", sera plus grande au ciel que le prêtre où le théologien fidèle toute une vie....

Cela semble donc, loin d'être une parabole symbolique, le récit de faits concrets que nous expérimenterons à notre mortt: la mesure du jugement est l'intensité dde l'amour, et rien d'autre.
Arnaud

 

 Re: Tard dans la nuit
Auteur: Arnaud Dumouch (193.191.142.---)
Date:   19/04/2004 13:13

Chère Nathalie,
Si vous désirez approfondir l'important impact que cette parabole donne à la théologie des évènements qui se produise à l'heurte de la mort (dans la 11° heure de la vie), allez ici:
http://eschatologie.free.fr/heuremort/1hindex.htm
Arnaud

 

 Re: Tard dans la nuit
Auteur: Roland (---.240.81.adsl.skynet.be)
Date:   19/04/2004 13:47

chère madame,
à votre demande, trois réponses ont été données;
puis-je vous demander, en échange, de me(nous) dire , avant que vous nous quittiez peut-être, comment vous, et éventuellement votre enfant, les avez reçues.
avec mes remerciements anticipés, roland

ACCUEIL     TEXTE EN CAUSE     FORUM